.REALTOR : Trois façons d'utiliser votre nouveau domaine

Grâce à notre partenariat avec la National Association of REALTORS® (NAR), les courtiers et agents immobiliers des deux côtés de la frontière ont le droit exclusif d'obtenir et d'utiliser le domaine de premier niveau (TLD) .REALTOR.

.REALTOR permet d'identifier les courtiers et agents immobiliers en tant que professionnels du secteur et comme sources fiables de renseignements immobiliers, et de repérer leurs propriétés sur le Web.

Vous ne vous êtes pas encore procuré votre domaine .REALTOR? L'ACI offre des domaines gratuits, un par membre durant la première année, et il en reste encore au-delà de 4 000. Rendez-vous sur le site claim.REALTOR dès aujourd'hui!

Pour les membres qui ont déjà obtenu leur domaine .REALTOR, voici trois moyens de vous en servir :

1. 

Faire du domaine .REALTOR votre principale adresse Internet;

2. 

Faire suivre une adresse de courriel .REALTOR vers votre adresse actuelle Gmail ou Yahoo;

3. 

Rediriger votre domaine .REALTOR à un site Web actuel.

De plus, n'oubliez pas de visiter le Café ACI pour lire un blogue à venir qui vous renseignera sur la façon d'utiliser .REALTOR pour rehausser votre présence sur le Web.


L'AGA et les modifications proposées au Code du secteur immobilier

Le 28 mars 2015, des délégués représentant les courtiers et agents immobiliers de l'ensemble du pays se réuniront à Ottawa à l'occasion de l'Assemblée générale annuelle (AGA) de l'ACI dans le but d'élire le nouveau conseil d'administration et de traiter de toute autre question d'importance pour l'ensemble des membres. Les révisions proposées au Code du secteur immobilier visant à augmenter le professionnalisme et la civilité parmi les membres figurent parmi les points à l'ordre du jour de cette année.

Au cours de sa réunion du 27 janvier 2015, le conseil d'administration de l'ACI a approuvé plusieurs révisions apportées au Code du secteur immobilier, en recommandant que ces révisions soient présentées aux membres à des fins de ratification à l'AGA du 28 mars 2015.

Les membres devront se pencher sur cinq recommandations, notamment :

1. 

Des révisions au préambule afin de mettre à jour le langage et de souligner que la conduite personnelle et des normes professionnelles élevées sont ce qui regroupent les courtiers ou agents immobiliers et les distinguent des non-membres.

2. 

L'ajout de la notion de « faire preuve d'une grande civilité » dans le Code du secteur immobilier, qui s'applique à la conduite des membres de la profession, et à quiconque agit au nom des membres (c.-à-d., leurs adjoints).

3. 

Des révisions à l'article 13 sur le « contenu et l'exactitude de la publicité » et à l'article 14 sur l'« annonce des inscriptions d'autres membres » afin de rendre plus rigides les exigences entourant l'affichage du nom de l'agence.

4. 

L'ajout de l'article 21, la « conduite inacceptable » afin d'élargir la portée du Code du secteur immobilier et d'inclure la conduite jugée honteuse ou non professionnelle.

5. 

Des révisions à l'article 26, les « marques de commerce », pour souligner que les membres sont responsables de l'usage à mauvais escient des marques de commerce de l'ACI de la part de tiers avec qui ils font affaire.

Voici la documentation de l'AGA de cette année, et les membres peuvent consulter le Code du secteur immobilier actuel sur crea.ca.


Le CRTC émet un avertissement à l'intention des courtiers et agents immobiliers

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a publié un bulletin d'application de la loi à l'intention des courtiers et agents immobiliers après avoir imposé une sanction de 260 000 $ à une entreprise canadienne qui fournissait aux courtiers et agents immobiliers un « accès illégal » au contenu de la Liste nationale des numéros de télécommunication exclus (LNNTE).

À titre de rappel, les agences dont les courtiers et agents immobiliers téléphonent aux consommateurs afin de promouvoir leurs services – par l'entremise de recommandations, d'appels à froid, etc. – doivent s'abonner à la Liste nationale des numéros de télécommunication exclus. Il est inacceptable d'avoir recours aux services d'annuaire téléphonique d'une tierce partie en remplacement d'un abonnement à la LNNTE.

Le CRTC prend sérieusement toute infraction à la LNNTE. En cas de violation, un particulier peut avoir à payer des sanctions administratives allant jusqu'à 1 500 $ par violation, une entreprise peut avoir à payer jusqu'à 15 000 $ par violation. Depuis que la LNNTE a été créée en 2008, le CRTC a imposé plus de 5,7 millions de dollars en sanctions administratives.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la LNNTE et les obligations des membres, consultez le bulletin d'application de la loi du CRTC, le bulletin d'information de télécom CRTC 2009-283 et la FAQ de l'ACI.