En avant, de la présidente de l'ACI, Pauline Aunger

Selon de récents sondages menés par EKOS Research, Ipsos Reid et Abacus Data, les trois grands partis politiques se livrent une lutte très serrée.

Si bien que tout est possible.

Je suis fière d'exercer une profession dont les membres s'engagent sur le plan politique – le Sondage des membres de l'ACI 2015 indique que 84 % des courtiers et agents votent aux élections fédérales!

En vue d'établir des liens avec nos courtiers et agents, les chefs des trois grands partis politiques ont répondu à des questions pertinentes dans notre secteur.

Profitez de l'occasion – et de l'été – pour faire connaissance avec les candidats de votre circonscription et les chefs des partis; une fois que la campagne prendra tout son élan, nous serons en situation de sprint jusqu'à la ligne d'arrivée.

L'ACI mettra des ressources à la disposition des chambres, associations et représentants du CAP afin de les aider à intéresser les candidats lors de la campagne électorale. Alors, restez à l'écoute.

De la part du conseil d'administration et du personnel de l'ACI, je vous souhaite un été agréable, sécuritaire et prospère.

Votre présidente,

Pauline Aunger


Le premier ministre, Stephen Harper

Le premier ministre, Stephen Harper

Une des pierres angulaires d'une économie vigoureuse est un marché du logement solide et stable. Comment le gouvernement fédéral peut-il continuer à soutenir l'accession à la propriété au Canada, surtout pour les acheteurs de première maison qui sont nombreux à emprunter de l'argent de leurs parents pour devenir propriétaires?

Notre gouvernement est un ardent défenseur de l'accession à la propriété. Nous reconnaissons que, pour bon nombre de Canadiens et Canadiennes, être propriétaires d'une maison représente à la fois la réalisation d'un important objectif personnel et l'investissement le plus important  de leur vie. Nous nous sommes engagés depuis longtemps à offrir un appui ciblé aux acheteurs de première maison. À cette fin, nous avons créé le Crédit d'impôt pour l'achat d'une première habitation (Budget 2009) afin de fournir un allègement fiscal d'au plus 750 $ à l'achat d'une première maison, et nous avons augmenté la limite d'emprunt en vertu du Régime d'accession à la propriété, de 20 000 $ à 25 000 $ (Budget 2009), afin que les acheteurs de première maison puissent payer le versement initial.

De plus, notre gouvernement a introduit le Compte d'épargne libre d'impôt (CELI), lequel fournit aux propriétaires potentiels l'instrument d'épargne le plus souple jamais offert. Dans notre dernier budget, nous avons doublé le montant des épargnes que les Canadiens peuvent contribuer à leur CELI. Nous avons également créé d'autres initiatives d'épargne fiscale sans précédent, dont la réduction de la TPS et l'introduction de la Baisse d'impôt pour les familles. Grâce à l'action de notre gouvernement, le Canada a le meilleur bilan des pays du G-7 sur le plan de la création d'emplois, et il se classe régulièrement parmi les meilleurs pays du monde où faire des affaires. De plus, le fardeau fiscal fédéral est à son plus bas niveau depuis une génération. Cette solide gestion économique a créé un environnement stable où règne la confiance, un climat qui favorise l'investissement immobilier et l'accession à la propriété. Nous continuerons à trouver des moyens d'aider les propriétaires potentiels à accéder au marché.

Cabinet du Premier ministre

De gauche à droite : Gary Simonsen, chef de la direction de l'ACI; Cliff Iverson, président élu de l'ACI; le premier ministre Stephen Harper; Pauline Aunger, présidente de l'ACI; Beth Crosbie, présidente sortante de l'ACI; Andrew Peck, vice-président de l'ACI.


Comment le gouvernement fédéral peut-il aider les petites entreprises, comme celles des courtiers et agents immobiliers, afin d'assurer leur prospérité?

Notre gouvernement a pris des mesures considérables pour appuyer les petites entreprises - y compris les courtiers et agents immobiliers – au cours des dernières années. Nous avons réduit le taux d'impôt des petites entreprises à 11 % en 2008 et adopté une loi en vue de baisser le taux d'impôt à 9 % en 2019. Nous avons également réduit le fardeau administratif des entreprises de plus de 32 millions de dollars par année, ce qui a permis aux propriétaires d'entreprises d'économiser plus de 750 000 heures d'administration en vue de se conformer à la loi; de plus, nous avons mis sur pied le Crédit pour l'emploi visant les petites entreprises afin d'alléger le fardeau des petites entreprises, en réduisant leurs cotisations d'assurance emploi versées en 2015 et 2016, et nous avons augmenté l'Exonération cumulative des gains en capital.

Pourquoi la littératie financière des Canadiens est-elle importante pour l'économie canadienne, et que pouvons-nous faire pour continuer à en faire prendre conscience aux Canadiens?

La solidité et la stabilité du système financier dépendent de la capacité de ses utilisateurs à prendre des décisions éclairées. Nous avons nommé le premier chef du développement de la littératie financière au Canada afin de mobiliser les Canadiens des quatre coins du pays et de collaborer avec eux. Nous avons créé des partenariats avec les banques canadiennes aux fins d'établir un fonds quinquennal de 10 millions de dollars pour les partenariats en littératie financière, dans le but de financer des projets communautaires de littératie financière, et nous serions ravis d'avoir l'occasion de mettre à contribution les connaissances et les réseaux des courtiers et agents immobiliers du Canada.


Le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair

Thomas Mulcair, chef de l'Opposition officielle

Comment la littératie financière des Canadiens contribue-t-elle à l'économie canadienne? Comment pouvons-nous mieux sensibiliser les Canadiens à ce sujet?

La littératie financière permet aux Canadiens de faire les meilleurs choix économiques possible pour leurs familles, ce qui peut entraîner d'importants avantages pour l'économie. Par exemple, une famille qui ne comprend pas les risques associés à un taux hypothécaire variable, comparativement à ceux associés à un taux hypothécaire fixe, peut perdre sa maison si les taux d'intérêt augmentent. Si des centaines ou des milliers de familles canadiennes devaient perdre leurs maisons, cela aurait un effet désastreux sur l'économie canadienne. Ce n'est qu'un exemple. La littératie financière est particulièrement importante, autant quand il s'agit d'acheter une maison que de planifier sa retraite. Bien que l'industrie ait fait des efforts pour améliorer la littératie financière des Canadiens, tous les paliers de gouvernement ont tout de même un rôle important à jouer. Le gouvernement fédéral doit aider les Canadiens à mieux comprendre les règles sur l'impôt et le marché immobilier. C'est un travail que les députés et les bureaux de circonscription devraient faire au quotidien.

Comment le gouvernement fédéral peut-il aider les petites entreprises, comme celles des agents immobiliers, afin d'assurer leur prospérité?

Les Néo-Démocrates reconnaissent que les petites entreprises comme les membres de l'ACI sont le moteur de la croissance économique et de la création d'emploi. Quatre-vingt-dix-huit pour cent (98 %) de toutes les entreprises au Canada ont moins de 100 employés. Elles représentent 40 % du PIB et ont créé près de 80 % de tous les nouveaux emplois du secteur privé entre 2002 et 2012. Or, les Conservateurs ignorent les propriétaires des petites entreprises et appuient les grandes, qui sont beaucoup plus riches. Nous comprenons que nous devons réduire les impôts des petites entreprises afin de stimuler la création d'emploi. C'est pourquoi nous avons annoncé qu'un gouvernement néo-démocrate réduira le taux d'imposition des petites entreprises à 9 %, et aidera les propriétaires des petites entreprises à tirer avantage des programmes gouvernementaux et de l'aide offerte par les ministères.

Un marché immobilier solide est essentiel à une économie forte. Comment le gouvernement fédéral peut-il continuer à soutenir l'accession à la propriété au Canada, surtout pour les nouveaux acheteurs qui sont nombreux à emprunter de l'argent de leurs parents pour devenir propriétaires?

Le prix de l'immobilier ne cesse de grimper et 40 % des nouveaux acheteurs affirment qu'ils ne peuvent pas se permettre cette dépense sans l'aide de leurs parents. Dans de grandes villes comme Vancouver et Toronto, les familles de la classe moyenne se retrouvent dépassées par le marché immobilier. Le plan du NPD pour stimuler l'accession à la propriété au Canada prévoit l'établissement de lois pour assurer aux Canadiens l'accès à des logements abordables et adéquats. Nous allons également examiner les programmes et les politiques, afin de nous assurer qu'ils sont efficaces et que les nouveaux acheteurs ne devront pas absolument recourir à l'aide de proches. Davantage de détails sur le plan du NPD pour aider les nouveaux acheteurs seront fournis ultérieurement.


Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada

Une des pierres angulaires d'une économie vigoureuse est un marché du logement solide et stable. Comment le gouvernement fédéral peut-il continuer à appuyer l'accession à la propriété, surtout les acheteurs de première maison, alors qu'une part importante de Canadiens doivent emprunter de leurs parents pour s'acheter un logement?

Le gouvernement fédéral a un rôle déterminant à jouer afin d'aider les Canadiens et Canadiennes à réaliser leur rêve de devenir propriétaires.

Il faut avant tout rétablir la confiance des consommateurs dans le marché du logement. Depuis 2006, lorsque l'assurance sur les prêts hypothécaires de 40 ans a fait son apparition sur le marché, le gouvernement conservateur actuel a apporté des changements radicaux aux règlements à trois reprises. Pour les acheteurs de maison – surtout les acheteurs de première maison – il est très difficile de planifier lorsque les règlements changent constamment.

Le gouvernement du Canada devrait également examiner les mesures en vigueur visant à soutenir les acheteurs de maison, afin de déterminer si elles sont encore équitables et efficaces. Si l'inflation a réduit la valeur de ces mesures, par exemple, il faudrait alors les mettre à jour.

Comment le gouvernement fédéral peut-il appuyer les gestionnaires de petites entreprises, comme les courtiers et agents immobiliers, afin d'aider leurs entreprises à prospérer?

Le gouvernement fédéral peut appuyer les gestionnaires de petites entreprises, comme les courtiers et agents immobiliers, en investissant dans les infrastructures des collectivités.

Non seulement une telle mesure stimule-t-elle la productivité en facilitant le déplacement des gens entre la maison et le travail, mais elle attire de jeunes familles et d'autres personnes qui cherchent à vivre et à travailler dans des collectivités où il fait bon vivre.

De plus, je crois fermement à une solide culture d'entreprise – une culture qui encourage et récompense l'investissement et la croissance. L'imposition des sociétés à des taux concurrentiels et équitables permettra d'atteindre ce but.

Pourquoi la littératie financière des Canadiens est-elle importante pour l'économie canadienne, et que pouvons-nous faire pour continuer à en faire prendre conscience aux Canadiens?

Il est essentiel à notre économie d'améliorer la littératie financière des Canadiens, et tous les ordres de gouvernement devraient en faire une priorité. Les répercussions sont plus importantes que plusieurs pourraient le croire : la littératie financière a un effet direct sur la volatilité des marchés du logement et sur la santé de l'ensemble du secteur financier.

Cependant, la littératie financière est plus qu'une simple question de saisir ce que sont les taux d'intérêt composé. Il faut également comprendre tout ce qui touche les Canadiens financièrement. À l'heure actuelle, ce sont les avantages fiscaux, comme le crédit d'impôt pour l'achat d'une première habitation, que beaucoup de personnes ne connaissent pas. Dans le cadre de notre plan pour « du vrai changement », nous confierons à l'Agence du revenu du Canada le mandat d'informer les Canadiens de tous les avantages fiscaux non réclamés afin qu'ils puissent se prévaloir de tous ces droits – y compris ceux qui aideront les Canadiens à s'acheter une maison.

Le secteur privé a également un rôle important à jouer dans l'éducation des Canadiens sur le plan de la littératie financière. Cela est particulièrement vrai lorsqu'on planifie d'acheter une propriété. Voilà pourquoi les Canadiens sont si nombreux à demander les conseils de professionnels, comme les courtiers et agents immobiliers, pour les aider à trouver un logement abordable.


CREA Café

Les trois affichages les plus populaires au Café ACI en juin